Mercantourman XTREM Triathlon : entretien avec Cédric Amand

Mercantourman XTREM Triathlon : entretien avec Cédric Amand

Evidemment sous réserve d’une deuxième vague covid-19 qui serait la seule raison d’obliger chacun d’entre nous à rester chez soi voici le projet Mercantourman | XTREM Triathlon.

Cédric Amand s’est lancé un défi, celui de traverser l’intégralité du Département des Alpes Maritimes et du Parc National du Mercantour en pratiquant son sport d’origine : le Triathlon. Propos recueillis par un membre de l’équipe Staff Baroudeur Team Cathy Behe.

On se présente rapidement pour ceux qui ne te connaissent pas ?

Cédric :  »Et bien Cédric Amand – 39 ans (bientôt 40 merde) – je vis au village de Peille à 15K de Monaco et Nice. Je suis coach sportif et préparateur physique à distance (Triathlon, Trail, ultra cyclisme, Fitness Gym à domicile…) – fondateur du Riviera Trail Challenge, La Baroudeuse Bikpecking Race. Je travaille à mon compte et suis très dynamique entre Nice et Monaco pour développer le sport et partager ma passion.
Plus de 10 ans que j’ai pas nagé, il va falloir que je m’y remette (… rire), le triathlon m’a beaucoup appris durant presque 10 ans. J’ai progressé, évolué sur les GP1 et quelques Coupe d’Europe : ce sport m’a fait grandir, il m’a enrichi et a contribué à ce que je suis aujourd’hui, ça a été mon école. J’ai jamais fermé la porte à organiser un Triathlon dans ma région d’adoption des Alpes Maritimes (car je suis Nordiste de naissance et j’y ai passé 20 ans) mais je pense qu’elles se sont ouvertes toutes seules et naturellement pour ce Mercatourman XTREM Triathlon qui va voir le jour le 26 septembre 2020. Je peux remercier le covid-19 ! C’est dans ma nature de toujours tenter de transformer un moment de vie difficile et négatif en une opportunité. »

Pourquoi avoir créé ce Mercantourman | XTREM Triathlon ?

Cédric :  »J’aime le sport désormais pour les grands espaces, les panoramas, le voyage, l’aventure et plus du tout pour le côté compétition.
Il ne faut pas me laisser confiné trop longtemps (…rire). Après 4 ans à découvrir l’univers de l’ultra cyclisme, du bike trip, de l’aventure sous plusieurs formes, qu’elle soit personnelle ou par le biais d’une organisation, je me demandais ce que j’allais bien pouvoir faire cette année 2020. J’ai juste l’envie cette année de pédaler, de courir et nager pour moi, m’entretenir simplement en retrouvant un peu de rythme. Je sors d’une année 2019 très éprouvante d’un point de vue professionnel et sportif avec entre autre la Transcontinentale Race. J’avais à coeur cette année de faire un triathlon Ironman pour mes 40 ans qui se fêteront en fin d’année. Ca fait plus de 10 ans que j’ai stoppé ce sport en compétition. Le minimum que je souhaitais faire était l’Embrunman mais je n’étais pas disponible à cette date et donc j’ai décidé de créer mon parcours, celui qui me ferait triper et me donnerait envie de le faire d’une traite sous forme d’une aventure que je partagerai avec une équipe Staff qui m’accompagnerait. C’est comme ça qu’est né le Mercantourman ! Et afin d’éviter un risque covid-19 N°2 + le temps de se préparer, il fallait une date un peu éloignée donc le 26/09 était pour moi idéal.

Pourrais-tu nous décrire rapidement le défi Mercantourman XTREM Triathlon ?

Cédric :  »C’est une traversée intégrale du Mercantour et des Alpes Maritimes donc sur chaque sport on part d’un point A pour aller à un point B. Je ne souhaitais pas tourner en rond pour si peu de kilomètres.
Natation 3,8K départ de la plage de la Mala à Cap d’Ail – arrivée à Eze bord de mer.
Vélo 195K – 5600d+ départ de Eze bord de mer – arrivée à Jausiers.
Trail running 38K – 1700d+ départ de Jausiers – arrivée à Embrun.
Tout cela laisse place à une aventure qui durera jusqu’à 24h, du moins c’est l’idée de gagner sa liberté en terminant le parcours en moins de 24h.
Un suivi Live Tracking sera mis en place où chaque participant sera équipé d’une balise GPS afin que le public, les familles partout en France puissent suivre l’avancée de chacun des participants sur une carte interactive. Ca va être fantastique !
Il y a une grosse culture du Triathlon longue distance ici dans le sud et autour de Nice notamment mais aucune dimension AVENTURE. La société Ironman développe le côté chronométrique, performance… mais en aucun cas le côté Aventure. Je souhaite offrir et faire découvrir cette facette forte intéressante. Les mentalités vont évoluer car si moi je ne souhaite plus performer et que je reste un fervent pratiquant sportif avec une dimension Aventure, je me dis que d’autres doivent être comme moi et se retrouveront dans mes envies et ce que je propose. Ce genre de défi laisse place à la préparation certes, mais sans pression chronométrique. On cherche simplement à terminer le défi lancé dans les meilleures conditions possibles. »

 

 

Comment ça gagner sa liberté, tu veux dire quoi par là ?

Cédric :  »Et bien oui, nous nous sommes inspirés de l’univers des Gladiateurs et de l’aventure en vélo d’ultra cyclisme La Baroudeuse Bikepacking Race que nous développons. Le Gladiateur, pour être libre, il doit combattre toute sa vie. Véritables sportifs de haut niveau de l’époque Romaine, ils jouaient leur vie contrairement à nous. Et pour être libre, à l’ultime combat, s’il le gagnait alors on lui offrait un Rudius : une épée de bois symbole de liberté.
Nous ne jouerons pas notre vie (quoi que, on est en montagne et tout peut arriver, ça n’arrive pas qu’aux autres) mais l’idée est de concourir sur une épreuve XTREM plus que méritante qui te donnera le sentiment d’avoir accompli quelque chose de fort et te fera te sentir libre au milieu des éléments. Les finishers repartiront avec un Rudius, une épée de bois gravée avec leur chrono. »

Le covid-19 n’est-il pas un obstacle à ce défi ?

Cédric :  »Absolument pas sauf si une deuxième vague frappait le pays mais je n’y crois pas. L’épreuve aura lieu le 26 septembre : l’école, la vie auront repris. Les distanciations sociales, si on en parle encore fin septembre pourront être respectées plus qu’aisément puisque 30 personnes pourront m’accompagner sous leur propre responsabilité et en remplissant les mêmes critères de sécurité. C’est vraiment facile d’éloigner 30 sportifs de quelques mètres, ça ne pose ici aucun problème. On est loin de 2500 athlètes dans un parc vélo à T1 et T2. »

30 personnes au départ, c’est donc ouvert à celui qui souhaite faire l’épreuve ?

Cédric :  »Oui, ça sera accessible à 30 personnes sur dossier et sous réserve de remplir les conditions de participation. Mais attention, on est ici dans une première édition brute, pas de  »chichi », pas de  »tralala », pas de tapis rouge, ça sera une épreuve brute où il y aura des règles mais chacun prendra surtout le départ pour le défi personnel que ça représente, la dimension sociale de partager ça avec une équipe Staff ce qui est fort intéressant.
Il est très important d’oublier l’évènement sportif traditionnel : la sono, le speaker, la prise en charge de l’athlète, les secours, on sort totalement d’un évènement sportif traditionnel. Pour que ce genre d’aventure puisse avoir lieu, on doit sortir de ce cadre stricte et accepter la part de risque, même si on met tout en oeuvre pour sécuriser l’épreuve mais de manière différente.
Pour moi c’est l’avenir du sport, et c’est Emmanuel Macron qui suggère de nous réinventer alors pourquoi perdre du temps ! Je propose une autre manière de pratiquer le Triathlon. La sécurité sera assurée par les équipe Staff elles-même qui seront toutes en lien sur le parcours et chaque équipe aura les coordonnées de tout le monde. Ca sera une communauté de sécurité au service de tous qui pourra agir encore plus rapidement que si un pôle sécurité était positionné au milieu du parcours vélo par exemple. Car après tout, si un accident arrive sur une course comme sur les Trails que j’organise à Eze, La Turbie et Peille, et si c’est grave, ce sont les pompiers et le 18 que nous sommes obligés d’appeler. Ce n’est pas notre service de secours qui s’occupe de transporter le blessé. Je ne me fais aucun souci à ce niveau et le briefing sera clair à ce sujet.
Ca sera l’athlète et son équipe Staff Assistance en harmonie avec les éléments : mer, montagnes du Mercantour, les animaux, la chaleur, le froid, le soleil, la nuit, la pluie. »

C’est sûrement une question précipitée mais penses-tu à 2021 ?

Cédric :  »Oh que oui ! Je suis obligé de m’y projeter et à vrai dire le Mercantourman XTREM Triathlon deviendra une plus belle aventure encore car nous proposerons la partie vélo donc de Eze bord de mer à Jausiers soit 195K (sur route) en Gravel. Le parcours est déjà tracé bien entendu et pour ceux qui prendront cette option, le délai pour être finisher sera beaucoup plus long car ça sera oh combien magnifique mais aussi plus difficile. Après pas de panique non plus, ça restera une aventure d’un week-end. On reste loin d’une Baroudeuse Bikapacking Race ou d’une Transcontinentale Race. »

TOUTES LES INFOS SUR LE MERCANTOURMAN : http://mercantourman.fr 

PAGE FACEBOOK ICI

Partager: